Parallèlement au développement territorial de l’enseigne, Stéphane Gigon, directeur de Humanys Solutions, a lancé au début de l’an dernier un programme de transition de carrière avec un volet digital, dont l’implémentation a été accélérée par la pandémie. Il explique comment les demandeurs d’emploi tirent profit de ce dispositif unique en son genre, qui augmente leur visibilité et accompagne les entreprises, tout en s’appuyant sur des enquêtes évaluant à intervalles réguliers les pratiques du marché.    

Chacun vous le dira: la meilleure manière de retrouver un emploi, c’est d’actionner son réseau. Mais lorsque le monde est à l’arrêt et que les activités traditionnellement associées au réseautage (vernissages, afterworks, vie associative, etc.) sont suspendues dans l’attente de jours meilleurs, la tâche se transforme vite en gageure. D’où l’intérêt du programme de transition de carrière lancé début 2020 par Humanys Solutions, dont l’intuition géniale a été de tabler – bien avant la pandémie – sur le volet digital.

Etat des lieux et conseils liminaires

«De manière générale, l’accompagnement que nous offrons aux demandeurs d’emploi contribue à ce qu’ils bénéficient d’une meilleure visibilité et d’une mise en relation facilitée avec des personnes clés. A travers ce programme spécifique, nous visons le même objectif et portons dans le même temps une attention particulière à la question du réseautage numérique. Sur la base des sondages réalisés auprès des participants, nous pouvons dire que nous sommes pile dans la cible», lance Stéphane Gigon, directeur de Humanys Solutions.

De quoi s’agit-il précisément? Le programme commence par s’intéresser aux plateformes professionnels dans une perspective assez large. «LinkedIn demeure une référence, mais il y en a d’autres et il faut aussi tenir compte de l’évolution des algorithmes. C’est pourquoi nous débutons par un état des lieux exhaustif afin d’harmoniser les connaissances de chacun, et partager nos observations au sujet d’un domaine en mouvement perpétuel.» Dans un deuxième temps, l’enjeu est de comprendre le fonctionnement de ces outils, et ce dans un double objectif: «Il s’agit en effet de les utiliser d’une part pour rechercher un poste, et, d’autre part, pour se faire remarquer par de potentiels recruteurs. Dans cette optique, nous livrons des conseils pratiques pour créer une page personnelle et générer des contenus d’intérêt, tout en se familiarisant avec les possibilités multiples en termes de segmentation quand il s’agit de publier un post.»

Une possibilité concrète de décrocher un poste

Troisièmement – et c’est sans doute l’aspect le plus novateur du programme de Humanys Solutions –, les participants sont conviés chaque mois à une rencontre avec des recruteurs. «C’est non seulement l’occasion d’obtenir de précieuses informations sur le marché de l’emploi et ses tendances, mais aussi une possibilité réelle de décrocher un poste. Lors de ces échanges informels, les recruteurs proposent des postes concrets, souvent issus du marché gris, et chacun peut poser les questions qui lui tiennent à cœur. Au-delà de la dimension purement informative, c’est donc une chance unique d’entrer en contact avec celles et ceux qui sont chargés de recruter de nouvelles équipes.»

A ce dispositif s’ajoutent encore les avantages qui font depuis plusieurs années le succès de Humanys Solutions. Parmi eux figure entre autres l’enquête réalisée à intervalles réguliers auprès de DRH, recruteurs et chasseurs de tête. «Avec le temps, nous avons réalisé qu’il ne servait à rien que nous décrétions unilatéralement que tel C.V. était O.K. et que tel autre ne l’était pas. L’avis qui importe est celui des personnes qui ont pour mission de recruter de nouveaux collaborateurs, raison pour laquelle nous prenons régulièrement le pouls du marché. C’est ce que j’appelle, sous la forme de boutade, un acouphène permanent, soit une veille active entièrement dédiée au service des demandeurs d’emploi.» Par ailleurs, Humanys Solutions a aussi développé avec succès le concept d’un document d’embauche remis à l’employeur lors de l’entretien. «Le C.V. est utile pour décrocher un rendez-vous. Une fois face aux recruteurs, il faut déployer d’autres atouts, à commencer par ce document d’embauche que nous préparons avec les candidats, et qui augmente de 74,4% leur probabilité de décrocher le poste.»

Parmi les projets de Stéphane Gigon, qui n’est jamais à court d’idées, il y a encore un outil avant-gardiste qu’il espère pouvoir lancer en janvier 2022. «Sans oublier l’objectif que nous nous sommes fixé en termes de développement territorial, en vertu duquel nous comptons être présent, à terme, dans tous les cantons romands et à Zurich.»

  • Partager cet article